Grâce aux progrès des soins médicaux et de la santé publique, nous avons la chance de vivre plus longtemps. Actuellement, il y a 10 millions de personnes au Royaume-Uni qui ont plus de 65 ans et trois millions de plus de 80 ans, et ces chiffres devraient doubler au cours des 20 prochaines années.

Cette population âgée croissante est l’un des plus grands défis auxquels le NHS est confronté aujourd’hui. Les personnes âgées sont admises à l’hôpital en plus grand nombre, ce qui met une pression croissante sur un service déjà sollicité face à des budgets de plus en plus serrés.

Dans une situation d’urgence, telle qu’une chute ou une maladie soudaine, les médecins peuvent recommander qu’une personne âgée fragile soit admise à l’hôpital. Mais on craint que cela ne fournisse pas le bon type de soins dont ils ont besoin. L’hôpital est-il vraiment le meilleur endroit pour eux ou serait-il mieux soigné à domicile par une équipe de spécialistes? La professeure Sasha Shepperd et son équipe du NDPH veulent le savoir.

Le défi

Non seulement le nombre de personnes âgées dans la population augmente, mais elles ont également des besoins de santé complexes – y compris la fragilité physique, la diminution des capacités mentales (déclin cognitif) et la démence – en plus de tout problème de santé à long terme.

Aujourd’hui, près des deux tiers des personnes admises à l’hôpital ont plus de 65 ans et un nombre croissant sont fragiles ou atteints de démence. Parallèlement, il y a un tiers de lits d’hôpitaux d’urgence de moins qu’il y a 25 ans, malgré le fait que ces admissions augmentent à un taux de 2 à 3 pour cent chaque année. Les chiffres ne s’additionnent tout simplement pas.

Une façon de faire face à ce problème est de réduire la durée d’hospitalisation, mais cette durée augmente en fait pour les personnes de plus de 85 ans. Trouver une solution à ce problème est une préoccupation majeure pour le XXIe siècle, si nous voulons offrir les meilleurs soins de santé au plus grand nombre possible avec dignité, respect et compassion.

Domicile ou hôpital – les preuves

À première vue, il peut sembler évident que l’hôpital serait le meilleur endroit pour s’occuper de quelqu’un, mais en fait, il existe des preuves montrant que ce n’est peut-être pas le cas.

De petites études ont suggéré que l’admission de personnes âgées fragiles à l’hôpital peut entraîner une diminution de leurs capacités physiques. Il existe également un risque de sélection d’une infection nosocomiale, ce qui peut entraîner de graves complications, voire la mort. Et si quelqu’un reçoit déjà des soins réguliers à domicile, envoyer quelqu’un à l’hôpital peut interrompre la relation avec son soignant. Ce lien peut être difficile à rétablir.

Les personnes âgées courent également un risque considérablement accru de développer une maladie appelée délire si elles sont admises à l’hôpital. Affection peu connue mais courante chez les personnes âgées, le délire est un état de confusion aiguë. Elle peut avoir des effets graves, tels que l’accélération ou le déclenchement de la démence, et conduit souvent les personnes à passer plus de temps à l’hôpital et finalement à se retrouver en établissement. On ne sait pas exactement pourquoi les hospitalisations devraient conduire au délire, mais l’environnement inhabituel et stressant du service et la perte d’une routine familiale réconfortante jouent sans aucun doute un rôle.

Hôpital d’essai à la maison

La Dre Sasha Shepperd et son équipe du NDPH mènent le plus grand essai jamais entrepris comparant l’admission à l’hôpital à l’hôpital à domicile. Ils recrutent plus de 1 300 personnes âgées fragiles de plus de 65 ans dans sept centres à travers le Royaume-Uni pendant deux ans et demi, en les attribuant au hasard dans un rapport de deux pour un à l’hôpital à domicile ou à l’admission à l’hôpital. L’étude a été lancée en 2015, et plus de 400 patients ont déjà été recrutés.

Chaque personne sera invitée à donner son consentement éclairé pour participer à l’étude, ou à ses proches si le patient n’est pas en mesure de consentir lui-même. Certains types de patients ne seront pas pris en compte pour l’essai, tels que les personnes qui ont eu un événement coronarien aigu (par exemple une crise cardiaque) ou un accident vasculaire cérébral suspecté, et ceux en fin de vie nécessitant des soins palliatifs ou nécessitant une intervention chirurgicale urgente. évaluation. Plus généralement, si quelqu’un est considéré comme présentant un risque trop élevé pour être renvoyé chez lui ou veut simplement choisir sa propre option de soins, alors il ne sera pas considéré pour l’essai.

Hôpital ou «hôpital à domicile» – qu’est-ce qui convient le mieux aux personnes âgées?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code